Retrouvailles 2019
Belle rencontre avec les infirmières de rue
Multiplier les casiers solidaires – Liège 2025
Le Plan Canicule 2019
Les casiers solidaires
previous arrow
next arrow
Slider
Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Les Sentinelles de la Nuit ont comme finalité d’aller à la rencontre des sans-abri pour leur apporter une aide de première nécessité et surtout, par leur présence bienveillante, un espace d’écoute et de partage.

Nos activités

Nos activités

Sur cette page, vous pouvez consulter toutes les nouvelles concernant notre association.
Chaque événement actuel et à venir fait l’objet d’un article synthétique auquel est joint, si nécessaire, un fichier explicatif.

En savoir plus

En savoir plus

Pour permettre d’approfondir la problématique du sans-abrisme,
plusieurs dossiers et articles de fond vous sont proposés.
Faites-nous part aussi des publications fiables qui méritent
attention et réflexion. 

Témoignages (les prénoms et les âges ont été modifiés)

La médecine m’a condamné à sept ou huit mois de vie. Mes poumons sont en mauvais état. Une greffe est possible mais je dois d’abord me désintoxiquer. Et ça va durer plusieurs mois. Qu’est-ce-que je fais ? Qui peut m’aider ? Je suis perdu, je suis grillé.

Roland, 34 ans

J’attends mon troisième enfant : une p’tite fille. Je suis fatiguée, lasse, je me tirerais bien une balle dans la tête. Je ne l’ai pas désirée, cette enfant. Je n’ai pas eu assez d’argent pour me faire avorter à Maastricht. Je continue de faire la manche, des fois pour rien.

Amélie, 27 ans

C’est pas facile. Je sors de la grande maison. J’ai été refusé à l’abri de nuit. J’ai pas de couverture. Heureusement que vous êtes là. Vraiment, merci pour ce que vous faites. C’est vrai quoi, il y a quelqu’un qui s’occupe de nous. On est pas tout seul.

Mateo, 28 ans (pas de famille, deux frères et mère décédés)

J’ai passé deux hivers dans la rue. J’ai failli crever. J’ai eu l’impression qu’un œil était en train de geler. Je n’ai jamais rien demandé dans la rue, jamais fait la manche. Pas de drogue non plus. Maintenant, je touche la mutuelle, j’ai un appart, et pour boucler la semaine, je récupère les bouteilles consignées dans les bulles. Je ne demande rien à personne.

Norbert, 41 ans

Vêtements - Nourriture - Virement - Bénévolat

Un grand merci à vous

Nous soutenir